Tuto – Réalisation et intégration d’un jukebox sous fruitbox (Raspberry OS)

Tuto – Réalisation et intégration d’un jukebox sous fruitbox (Raspberry OS)

Manu Goury 27 janvier 2021
Print Friendly, PDF & Email

Suite à de nombreuses demandes, je vais faire un tuto sur l’installation de fruitbox sur ma dartscab.

Qu’est-ce que fruitbox, c’est un soft tournant sous raspberry OS, permettant de transformer un raspberry pi en un jukebox sympa, avec pas mal de skins différents. Le lancement se fait a l’ancienne, en sélectionnant les musiques rangées dans des labels numérotés en chiffres et lettres (ex D1)

De ce fait, on va se retrouver avec des boutons chiffres et lettres, et pas grand-chose de plus, pour un aspect oldschool, dans le style les wurlitzer ou des rocka ola de l’époque.

Ce tuto est basé sur une traduction d’une page du site instructables, adapté selon mes besoins.

1 – LE MATERIEL

Pour le matériel, voici la liste, non exhaustive (je vous passe les câbles, les fils, l’HDMI, etc.)

  • Un écran, ici un 10.1 pouces HDMI, mais libre à vous de prendre plus grand
https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/61-S-jVqYwL._AC_SL1024_.jpg
  • Des boutons, rectangulaires et lumineux pour ma part

Si vous prenez des lumineux et que vous voulez les rendre lumineux, je vous passe la partie câblage et le matériel nécessaire, vous avez du déjà faire la même chose pour votre dartscab. Smallcab fait ces boutons, ils se trouvent aussi sur aliexpress sans aucun souci.

  • Mini boutons service

J’ai un petit panel de boutons cachés derrière la cab, de manière à avoir queues fonctions annexes bien pratiques, tel que l’extinction ou la sortie du logiciel, ou le skip de la lecture en cours par exemple. J’ai pris ce type de boutons et fabriqué une plaque pour les soutenir.

Vous pouvez aussi prendre une board toute prête chez notre ami Arnoz, c’est kifkif et vous faites taffer aussi l’un des nôtres. SI vous aimez la décoration en zizi, c’est juste ce qu’il vous faut.

https://www.smallcab.net/images/pcb-boutons-service.jpg
  • Un encodeur usb keyboard

https://www.smallcab.net/encodeur-clavier-p-476.html

Un hack clavier propre pour mapper vos boutons dans fruitbox. Il est composé une matrice de lignes et de colonnes, pour simuler les touches nécessaires.

  • L’Ampli

https://fr.aliexpress.com/item/1005001638078294.html?spm=a2g0s.9042311.0.0.277e6c37A5U7sL

https://ae01.alicdn.com/kf/H8ad4bccfe0f14fc396385df382a5516fZ.jpg

C’est tout petit, mais honnêtement ça suffit largement

  • Les enceintes

Là je me suis pas embêté, des enceintes de voiture en 4 ohms, coaxiales, font bien l’affaire, dans mon cas des MTX TX250C

  • Un Sub

N’importe quel sub de voiture fera l’affaire, j’ai pris un vieux sub qui me restait et construit un caisson autour. Ici un Oxygen audio sphere 300, et un caisson de 42 litres clos.

  • Alim

https://fr.aliexpress.com/item/32983648084.html?spm=a2g0s.9042311.0.0.27426c37HcXq1k

Alim pour l’ampli. Une 24V 15A, faut que ça soit un peu costaud quand même

  • Un Raspberry

Oui, quand même, on ne va pas l’oublier celui-ci. Pi3B+ pour ma part. Apparemment Chundermike, le créateur de fruitbox déconseille le pi4 pour l’instant, pas mal de problèmes. Et honnêtement, un pi4 pour lire des mp3, ça fait beaucoup de puissance pour rien…..

  • Extracteur audio sur HDMI

https://www.amazon.fr/gp/product/B07JYYFZQF/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o03_s01?ie=UTF8&psc=1

Ici, c’est pareil, Chundermike préconise de ne pas passer par le jack du raspberry, le son a tendance à grésiller, et recommande plutôt de passer par un convertisseur hdmi vers jack.

2 –  LES SOFTWARE

La dessus on va procéder par étapes:

On télécharge et on installe raspberry OS.,

Je ne détaille pas, pour cela il y a le guide officiel, et maintenant un soft PC tout prêt à vous faire votre carte SD. Il suffit de regarder le soft bosser à votre place. Rdv sur raspberry.org pour cela

On télécharge fruitbox.

Evitez d’utiliser la version all in one fournie par chundermike sur github, préférez l’installation manuelle suivante :

  • Mettez à jour votre fresh install de raspberry os, via un lxt terminal : sudo apt-get update
  • Augmentez la mémoire GPU à (au moins) 256 (sudo raspi-config -> Options avancées -> Memory Split) Il vous faudra fouiller un peu, sur la nouvelle version, Raspberry est taquin et a changé les options de place. Néanmoins si vous avez bien mis à jour votre OS, l’option sera disponible. Pas de lancement du soft possible sans ce paramètre modifié.
  • Toujours à partir d’un shell de commande (LXT terminal), tapez:

 wget https://github.com/chundermike/rpi-fruitbox/raw/master/install.sh

  • Puis : chmod + x ./install.sh
  • Puis : source ./install.sh
  • Copiez vos fichiers musicaux MP3 sur la carte SD du Raspberry dans le répertoire music. Cela sera aussi possible par la suite en SSH

Premières configurations et tests

REMARQUE : toutes les commandes supposent une installation par défaut de Raspberry OS et fruitbox. La personnalisation de celles-ci peut ne pas garantir un fonctionnement correct.

À ce stade, Fruitbox doit être dans le répertoire / home / pi / rpi-fruitbox-master

Lançons une première exécution du programme comme décrit dans le guide avec un LXT Terminal :

cd /home/pi/rpi-fruitbox-master

./fruitbox –cfg skins / [VOTRE_THEME] /fruitbox.cfg

Où [YOUR_THEME] est l’un des skins suivants :

-Granit

-MikeTV

-Moderne

– Numéro un

-Splat

-TouchOne

-WallJukeF

-MurPetit

-Wurly

Essayez différents skins, en utilisant le clavier comme entrée temporaire, mais considérez que les boutons requis sont différents pour les skins, ce qui aura un impact sur le choix final des boutons physiques.

Configuration des boutons

Pour vérifier comment les boutons sont reconnus par le système, exécutez les commandes suivantes :

cd / home / pi / rpi-fruitbox-master

sudo ./fruitbox –test-boutons –cfg ./skins/[YOUR_THEME Often/fruitbox.cfg

Cliquez sur chaque bouton et notez le code généré à l’écran.

Lancez ensuite la commande

./fruitbox –config-button skins / WallJuke / fruitbox.cfg

Cela va lancer fruitbox en mode apprentissage de boutons.

Attention, il y a un nombre impressionnant de boutons à mapper, dont pas mal sont fortuits.
Pour ma part, ça se limite à A B C D E F 1 2 3 4 5 6 Gauche, droite, Vol+, Vol-, skip, exit, shutdown.

Pour le reste, boutons au pif.

Derrière, vérifiez bien votre fichier fruitbox.btn, afin de voir si vous n’avez pas de doublons au niveau des touches clavier. Fruitbox ne se lancera pas sans cela.

Ça y est, si tout s’est bien passé vous allez pouvoir admirer votre début de travail, le soft se lance, via votre clavier. Pensez bien dans raspberry OS à definir la sortie audio sur HDMI par raspi-config, sinon vous allez chercher l’audio un moment.

Maintenant il va falloir passer à la suite, le montage avec le matériel.

3 – LE MATERIEL

Bon, c’est bien beau tout ça, mais mon bon monsieur, j’ai un raspberry avec un pauvre clavier, j’en fais quoi maintenant ?

Il est temps maintenant de s’occuper de la mise en place des boutons.

Je ne vous apprend rien, perçage, un ptit bouton, deux ptits boutons,  ….. Jusqu’au nombre final désiré.

L’image contient peut-être : intérieur

Derrière on s’occupe de mettre en place l’encodeur clavier, j’ai pris celui de smallcab, mais vous pouvez prendre celui que vous voulez.  Moi je prends smallcab par habitude, je bosse avec lui depuis 10 ans maintenant et comme je deviens un vieux con, je n’aime pas modifier mes habitudes.

Le principe de celui-ci est simple, une nappe de fils Ligne et deux nappes colonne. De manière à faire un appui touche à chaque pont entre ligne et colonne. Un tableau de correspondance est fourni avec l’interface

Donc on câble les 14 boutons de la face avant, et les 5 petits boutons service cachés derrière et dans le meuble du juke, selon vos gouts.

Et hop. On continue, on met le caisson, l’ampli, les enceintes, en place. Ça se câble très facilement. Deux sorties HP, une sortie Sub, et l’alim..

On positionne l’extracteur audio entre l’hdmi du raspberry et le moniteur, on l’alimente via usb et on met un câble jack jack stéréo entre l’extracteur et l’ampli.
Voilà, tout est prêt à fonctionner

A partir de là, on relance fruitbox en apprenstissage (./fruitbox –config-button skins / WallJuke / fruitbox.cfg), on refait son mapping et c’est prêt.

6 – LE LANCEMENT AUTOMATIQUE

Il reste juste à automatiser maintenant le lancement automatique de notre jukebox.

Pour cela :

Nous devons d’abord définir la connexion automatique sur l’utilisateur pi.

Commandes en LXT terminal :

sudo raspi-config

Dans le menu ncurses (le gris avec un fond bleu, par exemple) sélectionnez :

3 Options de démarrage Configurer les options de démarrage

Ensuite :

B1 Desktop / CLI Choisissez de démarrer dans l’environnement de bureau ou la ligne de commande

Et enfin:

B2 Console Autologin Text console, automatiquement connecté en tant qu’utilisateur ‘pi’

Quittez en sélectionnant

<Terminer>

Et à la question :

Souhaitez-vous redémarrer maintenant?

Réponse

<Oui>

À ce stade, nous vérifions que lorsque Raspberry OS redémarre, le mot de passe n’est pas nécessaire pour se connecter en tant qu’utilisateur pi.

Maintenant, nous devons automatiser le démarrage et l’arrêt. Commençons par télécharger le fichier jukebox.conf au fond de la page suivante :

https://www.instructables.com/Raspberry-Pi-Jukebox/

Modifions ce fichier en décommentant (c’est-à-dire en supprimant le signe dièse #) notre skin préféré.

Téléchargez le script runjb.sh . Copiez ensuite les fichiers runjb.sh et jukebox.conf via SFTP dans le répertoire / home / pi de notre Raspberry.

Enfin, sur le terminal Raspbian (l’écran de démarrage basé sur du texte) exécutons :

chmod 770 /home/pi/runjb.sh

chmod 770 /home/pi/jukebox.conf

echo “/home/pi/runjb.sh” >> /home/pi/.bashrc

À ce stade, il suffit de redémarrer le système et de vérifier le bon fonctionnement.

Et voilà. Par contre pour la part, l’installation du script venant d’instructables, je ne sais pas retourner en arrière si vous voulez revenir au bureau classique, il faudra fouiller le net.

Vous voilà maintenant en possession de votre jukebox. Pour le transfert de musiques, ça se passe en ssh via fillezilla ou winSCP.

Laisser un commentaire



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.